LES VIRUS CONTRE-ATTAQUENT...

J'ai longuement hésité avant de venir vous raconter cette suite de ma saga personnelle contre les virus informatiques. J'avais peur que vous doutiez de ma compétence… Mais je continue de croire que mes aventures en ce domaine peuvent sans doute vous aider. Je suis persuadé que les virus, c'est comme les chiens : c'est celui qui en a peur qui se fait attaquer le premier! D'autres vont penser que je paranoïe, mais je vous jure que tout ce que je vais vous dire m'est bel et bien arrivé!

Cet épisode commence vers la fin mars. D'abord, mon navigateur s'est mis à me donner des messages d'erreur fatale. J'ai désinstallé mon Netscape 4.5 pour une version française de 4.6. Elle était pire que la précédente. Je me suis alors résigné à prendre la 4.7 qui n'existait qu'en anglais. Cela semblait aller mieux, mais elle " plantait " elle aussi à l'occasion. Puis, Word a commencé un manège semblable… et graduellement, tous mes logiciels de façon aléatoire tombaient en panne, à tour de rôle. Pas très souvent, mais sans aucune raison apparente… Juste assez pour n'être jamais vraiment sûr de rien.

La goutte d'eau : mon lecteur de disque compact 24x est devenu bizarre. Quand j'ai voulu épater Mamie Bethe en achetant le cédérom de Loto Québec pour faire le petit jeu Les Trésors de la Tour, je n'ai jamais pu le faire fonctionner, et ce, malgré les avis éclairés (et intéressés) des techniciens de notre loterie nationale. Pourtant, mon lecteur acceptait les disques de musique et lisait les cédéroms de logiciels comme de rien. Quelqu'un m'a conseillé un lecteur plus rapide. Quelques jours plus tard, je me suis installé un 52x… Peine perdue, impossible de trouver ni les trésors ni même la tour!

« Réinstalle tes logiciels », m'ont dit les uns, « C'est probablement le connecteur entre le lecteur de disques et la carte-mère, m'a dit mon fournisseur de services. » À l'atelier de réparation, le technicien m'a dit : « Votre version de Windows 95 est corrompue, elle est trop ancienne, faut installer Windows 98. » Parfait! J'avais l'intention de faire un grand ménage à l'été de toute façon. Aussi bien le faire tout de suite. Et, tant qu'à y être, pourquoi ne pas formater le disque C, pour être sûr d'effacer toute trace de problème?

Erreur! Même en formatant le disque C, il peut rester des traces… Un fichier égaré de mon antivirus Norton a résisté à trois formatages et, à ma courte honte, j'ai dû retourner à l'atelier pour faire installer Windows 98.

Revenu à la maison, il fallait réinstaller tous mes logiciels, autant que possible dans leur version la plus récente. Pour mal faire, j'ai mis trois jours pour retrouver les coordonnées de mon antivirus et le réinstaller. En attendant, je téléchargeais la nouvelle version de plusieurs logiciels. Rien à craindre, me disais-je, je vais seulement sur des sites sûrs… Ah oui? Pendant les heures où mon ordinateur gobait les bits, la gueule grande ouverte, béatement sans défense, des intrus ont eu tout le temps voulu pour décoder mon protocole de transmission (TCP/IP) et, pour la deuxième fois en cinq mois, je me suis réveillé avec un cheval de Troie, ce virus qui permet à un inconnu de contrôler mon ordinateur à sa guise et d'y faire ce qui lui plaît… Normalement, la victime ne s'aperçoit de rien et peut garder ce genre de parasite pendant des mois.

Dès la première analyse de mon système par l'antivirus tout neuf : Alerte au virus! Un fichier exécutable du nom de SNOOP.exe était installé dans le fichier système de Windows. Je l'ai fait mettre en quarantaine, pour ensuite le supprimer. Étant donné le genre d'utilisation que je fais d'Internet, les gens de chez Norton m'ont conseillé de me munir d'un « garde-barrière » (firewall) pour ordinateurs privés. C'est tout nouveau, c'est gratuit par Internet pour les ordinateurs personnels et cela protège précisément le système central de Windows, le Bios qui est particulièrement visé par les virus de type cheval de Troie. Je me suis donc installé ZoneAlarm en plus de l'antivirus.

Je suis maintenant tellement protégé que je vois tout ce qui passe… et ma paranoïa est décuplée. En deux jours, je me suis défendu contre deux * .worm, des ancêtres de I LOVE YOU, dont un séjourne encore dans ma quarantaine à titre de trophée de chasse. Je ne comprenais pas que mon antivirus ait laissé passer de tels monstres. Je suis allé voir sa configuration… Surprise! L'installation automatique n'avait pas choisi l'analyse des messages venant du courrier électronique! On ne peut plus se fier à personne, même pas à ceux qui fabriquent les outils qui doivent nous protéger!

En rétrospective, je me demande encore si tout cela n'a pas été causé, au départ, par la présence du cheval de Troie que mon antivirus n'aurait pas détecté… Je ne le saurai probablement jamais, mais, chose certaine, il serait temps que je suive plus religieusement mes propres conseils… À charité bien ordonnée, cordonnier mal chaussé!

Voici, une liste revue et améliorée de ces conseils :
- Acheter un antivirus reconnu et dûment enregistré afin de bénéficier des services aux usagers
- À l'installation, s'assurer que l'antivirus soit correctement configuré pour tous les échanges Internet (Navigateur, courrier, FTP, etc.)
- Mettre à jour la liste des virus au moins tous les quinze jours
- Ne jamais ouvrir un fichier qui n'est pas sollicité ou dont on ignore la provenance
- Munir son ordinateur d'un garde-barrière si l'on reste branché sur Internet pendant de longues périodes consécutives et le configurer correctement

Bonne fin de printemps! J'espère que la prochaine fois, je n'aurai rien à vous dire sur ce sujet… J'aimerais tellement vous parler de jardinage, de vélo, de golf, de choses agréables, quoi!

Pierre Imbeau (^I^)

 

aller à l'index du sous-sol ** aller en haut de la page ** aller à l'accueil
>